12 millions de personnes sont en situation de handicap en France…

 

Ce chiffre signifie que nous sommes tous concernés : en effet, même si vous n’êtes vous-même handicapés, il y a de fortes chances que votre oncle, votre cousine, votre voisin, votre N+1 ou votre meilleur ami soit en situation de handicap (peut-être sans que vous le sachiez d’ailleurs ! )…
Ils font partie de la société, il est donc logique et sain de les inclure dans notre société, dans nos entreprises.

 

 

 

Balayons ensembles les idées reçues dans l’entreprise sur le sujet !

 

Idée reçue n°1 : « Je ne peux pas accueillir une personne en situation de handicap dans mon entreprise, car je n’ai pas d’ascenseur. C’est donc incompatible avec un fauteuil roulant. »

Seulement 4% des personnes en situation de handicap sont en fauteuil roulant. De plus il existe de nombreuses solutions d’accessibilité.
Et d’ailleurs, 15% seulement aussi des embauches de Travailleur Handicapé nécessitent une adaptation de poste.

 

Idée reçue n°2 : « Ok, il y a aussi des sourds, des aveugles… »

Le handicap est multiple. D’ailleurs il est plus juste de parler des handicapS.
80% sont invisibles.
On parle de handicap moteur (il s’agit des Personnes à Mobilité Réduite, qui peuvent être en fauteuil ou avec des cannes anglaises ou avec une mobilité difficile), sensoriel, psychique, intellectuel, cognitif…

Les maladies invalidantes, chroniques sont aussi des raisons d’avoir une Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH).
Une personne greffée, diabétique, bipolaire ou de retour après un cancer peut être reconnue Travailleur Handicapé…

 

Idée reçue n°3 « Une personne en situation de handicap est automatiquement un Travailleur Handicapé. »

Non, la RQTH est un statut personnel qu’il faut demander auprès de sa MDPH Maison Départementale des Personnes Handicapées. Il est attribué par une commission pluridisciplinaire. Ce statut peut se demander dès l’âge de 16 ans, puisque ce statut est directement lié au monde du travail : pour son apprentissage, ses premiers jobs d’été, ses stages…
Cela veut aussi dire que dans beaucoup d’entreprises, il y a des collaborateurs en situation de handicap qui ne l’ont pas déclarée auprès de leur DRH. Soit ils ne savent pas qu’ils sont concernés et n’ont jamais demandé le statut, soit ils ont peur d’être discriminés, freinés, placardisés… et préfèrent ne pas signaler leur RQTH (et c’est leur droit !).

 

Idée reçue n°4  « Je connais quelqu’un qui est handicapé : il est Cotorep, catégorie B et a une indemnisation de son invalidité »

La Cotorep et les « catégories » n’existent plus.
Aujourd’hui et depuis 2005, quelque soit son handicap et si la commission pluridisciplinaire le reconnait, une personne en situation de handicap demande une RQTH à sa MDPH.

De plus, c’est l’Agefiph qui est l’interlocuteur des entreprises pour soutenir et financer l’insertion des TH.

 

Idée reçue n°5 : « C’est bien que ma boîte s’engage pour le handicap, mais ce n’est pas possible d’intégrer une personne handicapée dans mon équipe. »

Les handicaps sont divers et les compétences variées. Dans tous les métiers, il existe des professionnels COMPETENTS en situation de handicap.

 

Idée reçue n°6 « En plus, ça va ralentir l’efficacité, la productivité de mon équipe. »

En fait c’est le contraire !
Un TH a une meilleure assiduité au travail que la moyenne (absentéisme inférieur pour les TH que pour les autres chaque année). Ceci s’explique par des parcours souvent plus chaotiques qui les incitent à apprécier et à s’impliquer davantage dans leur poste.

De plus, intégré à une équipe, un TH apporte de la diversité et une capacité à relativiser qui devient souvent contagieuse.

Cela améliore même souvent la performance des équipes !

 

Idée reçue n°7 « On vient d’embaucher une personne handicapée, la pauvre. C’est pour ça qu’on l’a embauchée d’ailleurs »

Non, les « emplois réservés » n’existent plus. Et fort heureusement pour tout le monde (pour l’entreprise et pour la personne en situation de handicap), entreprises et recruteurs recherchent les compétences.

 

Idée reçue n°8 « Mon service est en relation avec la clientèle, ça va donner une mauvaise image de mon entreprise… »

Rappelons que 80% des TH ont un handicap invisible.
Aujourd’hui une entreprise engagée améliore son image après de ses clients. Ces engagements font partie de la RSE (Responsabilité Sociale et des Entreprises) de mon entreprise.

 

Idée reçue n°9 « De toutes façons, on y est obligé par la loi, alors… »

Certes, depuis plus de 30 ans, il existe une Obligation d’Emploi qui impose aux entreprises de plus de 20 salariés d’avoir 6% de leur effectif composé de TH.
Mais quel dommage de mettre en place une politique handicap exclusivement pour respecter la loi et faire des économies en n’ayant aucune contribution à payer à l’Agefiph !

Il existe en effet de très nombreux bénéfices secondaires, tels que : intégration dans sa démarche RSE, marque employeur, performance…

 

Idée reçue n°10 « Ah bon, dans la marque employeur ? »

Bien sûr, les candidats de 2020 et particulièrement la génération Y-Z… sont à la recherche de sens, d’entreprises engagées et ancrées sur leur territoire et dans la société.
Un candidat non RQTH peut être tout à fait attiré par une entreprise qui mène une vraie politique handicap. De même, ce positionnement attirera aussi les talents reconnus TH !

 

=> Contactez notre partenaire Occitanie à Toulouse :

 

Amandine PILLOT
Dirigeante d’Atout-caP      www.atout-cap.com
Mission Handicap Externalisée – Conseil en Politique Handicap
06 10 45 56 15
amandine.pillot@atout-cap.com
Lien LinkedIn https://www.linkedin.com/in/amandine-pillot-7653727/