Outplacé : choisir son cabinet et son consultant

En tant qu’Outplacé bien choisir son cabinet est primordial, mais plus encore il faut choisir son consultant !

 

 

Lors de la perte d’un emploi, un outplacé sera tenté de choisir le cabinet dont l’offre est la plus complète. Cela est tout à fait naturel et gage la plupart du temps d’un suivi de qualité.

Mais cela ne suffit pas !

Il faut trouver « Le Consultant » qui possède les qualités et les compétences nécessaires à la mise en œuvre d’un processus efficace, bienveillant et permettant le réengagement de manière sereine et durable.

 

Ecoute, confiance et respect

 

Lors la perte d’un emploi, le candidat peut être en proie à des sentiments négatifs comme la perte de confiance, la perte d’estime de soi. Le bon consultant doit avoir des qualités d’écoute et s’abstenir de jugement afin de permettre l’installation d’une relation de confiance. Plus la relation de confiance est installée et plus le candidat pourra exprimer ses craintes, ses doutes et se libérera d’un poids. Il pourra alors entamer son processus de deuil et envisager une autre étape positivement.

Le consultant doit également être en mesure de s’intéresser à la personne dans son ensemble. Il ne doit pas rester centré sur les côtés pragmatiques de la recherche d’emploi, de correspondance de critères de compétences techniques ou de savoir-faire. Il doit accompagner l’Outplacé dans un projet en adéquation avec ses aspirations et ses valeurs, gage de réussite à long terme.

Mise en responsabilité et honnêteté

 

Il est important d’apprécier si le consultant sera en mesure de vous faire des retours objectifs. Il doit avoir la capacité de vous dire si vos prétentions salariales ou vos compétences ne sont pas en accord avec les postes que vous convoitez. Le consultant doit faire preuve de clarté et d’honnêteté dans les retours qui vous seront faits. Cela est indispensable pour vous permettre un retour à l’emploi à la fois rapide et pérenneSa connaissance du tissu local et du marché sera précieuse sur ce point.

Consultant expert en évaluation et développement personnel

 

Assurez-vous que le consultant est bien spécialiste des méthodes d’évaluation comportementales et cognitives ! Les éléments comportementaux et cognitifs sont extrêmement prédictifs en matière de réussite au poste. Il est donc préférable que le consultant maîtrise les outils dans la phase de bilan professionnel afin d’évaluer l’adéquation de votre profil à différentes hypothèses professionnelles. L’idéal est qu’il puisse aussi vous faire cheminer sur vos points de développement en matière de Softkills tout au long du processus. Vous co-construirez un plan de développement avec le soutien du consultant.

Connaissance du recrutement et de ses codes

 

Si votre consultant est expérimenté en recrutement, dans l’analyse du marché de l’emploi, des métiers et des besoins de l’entreprise, il sera d’autant plus pertinent dans ses conseils pour approcher le marché caché ainsi que pour déjouer les pièges du tri du CV.  Il pourra vous faire bénéficier de son expérience du marché local, vous ouvrir son carnet d’adresse, et vous aider à activer votre propre réseau.

 

Selon la dernière étude SYNTEC, près de 84 % des candidats en outplacement retournent dans le monde du travail avec un nouvel emploi salarié, et 11 % font le choix de devenir entrepreneur. Le consultant doit avoir la capacité d’évaluer avec vous la pertinence de la création d’entreprise et, le cas échéant vous orienter vers des partenaires / réseaux adéquats.

Proximité et disponibilité

 

Vérifiez la fréquence de vos rendez-vous dans la première phase de bilan professionnel et de construction du nouveau projet, il est essentiel que les entrevues soient rapprochées. Au cours de la phase de mise en œuvre du projet, le consultant doit être joignable facilement. Vous devez pouvoir compter sur lui et bénéficier de conseils adaptés en cas de rendez-vous de dernière minute, pour négocier votre nouvelle rémunération, pour vous motiver et vous aider à identifier vos éléments différenciants et vous mettre en valeur. Il doit être également disponible pour débriefer après les entretiens afin de capitaliser sur vos réussites et travailler vos axes de progrès… et préparer les entretiens suivants. Mais surtout, assurez-vous que le consultant rencontré est bien le consultant qui vous accompagnera tout au long du processus !

 

Vous l’aurez compris choisir un cabinet ne suffit pas. Il faut choisir le consultant avec qui l’on a envie de travailler et de faire équipe !

Avoir le choix du choix !

 

Marie DESMEDT, Dirigeante PerfHomme Alsace