« Plus tu es émotionnellement intelligent, moins tu es toxique pour les autres,

Plus, tu as conscience de la conséquence de tes actes sur autrui, plus tu prends soin d’autrui »

Christophe Haag

 

 

 


La contagion émotionnelle comme comme clé de lecture de l’Intelligence Emotionnelle

 

     L’intelligence émotionnelle occupe actuellement une grande place dans les sujets abordés par les experts RH. Si les premiers travaux dans le domaine ont débuté en 1990 (SALOVEY, P., MAYER, J.D., 1990, « Emotional Intelligence », Imagination, Cognition, and Personality) puis popularisé en 1995 par D. Goleman, il existe aujourd’hui un grand mouvement d’application de ces concepts dans les modes d’accompagnement au changement.

     En effet, la complexification des environnements professionnels et la multiplicité des types d’interactions nécessitent que chacun puisse d’une part être capable d’adapter ses réactions à des situations variés et d’autre part de pouvoir gérer efficacement ses émotions pour garantir un environnement performant. C’est en ce sens que les dirigeants et les managers sont en première ligne puisqu’ils sont des « agents clés de la contagion émotionnelle ». En d’autres termes, lorsque leur intelligence est élevée, ils diffusent bien être et épanouissement, leurs qualités relationnelles sont fortes et ils peuvent compter sur un réseau de collaborateurs engagés et loyaux.

    Il existe ainsi une corrélation positive entre le niveau d’intelligence des managers et le niveau d’engagement des collaborateurs. Pour aller plus loin dans la compréhension des enjeux autour de la contagion émotionnelle des Dirigeants et des Managers, nous vous conseillons les travaux de Christophe HAAG en tous points remarquables.

 

 

 

     Dans « La Contagion émotionnelle » (Albin Michel, 2019), C. HAAG s’appuie sur une large analyse empirique effectuée lors de ses travaux de recherche pour décrypter les ressorts de la propagation des émotions et leurs incidences dans nos façons d’appréhender et de voir le monde. Car son constat est très clair, il considère qu’on vit un « Hum » négatif, c’est-à-dire un trop plein d’émotions négatives qu’il est nécessaire aujourd’hui de corriger. Il propose ainsi de transformer le « toxique » en « bénéfique » en travaillant ses compétences émotionnelles. Elles permettront de capturer l’information tout en étant capable de s’en détacher. L’intelligence émotionnelle consiste alors à gérer l’intensité de ses émotions, pour s’adapter aux situations rencontrées.

 

 

 

 


     Pour illustrer ses propos et clore cet article avec un trait d’humour, nous vous conseillons vivement la vidéo suivante :

Sur les recommandations de Etienne Pierron, PerfHomme Bretagne